Falassa Diabaté : un héritier de la danse traditionnelle khassonkée(Dansa) devenu maitre de son destin, explose au-delà de son fief natal

0
881

Natif de la commune de Khouloum, l’une des 28 communes que compte le cercle de Kayes, Falassa Diabaté joueur d’instruments traditionnels le  »Doudou Ba » force l’admiration lors des cérémonies. Il n’est plus un homme à présenter de par son talent. Cet instrumentaliste, doté d’une bonne somme d’expériences, commence par l’instrument de musique traditionnelle le N’Tama. Dès l’année 1998, il entame une véritable carrière d’instrumentaliste et choisi ceux qu’il a hérité de ses aïeux, le ‘’Doudou ba’’, le Dansa, etc.
Selon l’artiste, « le Doudou ba est un héritage que j’ai trouvé en famille à ma naissance. De mon grand-père à mon papa, ils ont tous joué cet instrument propre aux khassonkés ».
Comme tout débutant, il sera confronté à plusieurs difficultés énormes, mais réussit à les surmonter pour se créer une réputation.
« Quand j’étais petit » raconte-t-il, « il arrivait parfois que mes parents fassent recours à la chicotte pour que j’aille jouer lors des cérémonies, pendant que j’apprenais à jouer l’instrument du Dansa et Doubou ba auprès d’eux. Comprenez, ce sont les effets de la jeunesse », confie M. Diabaté au micro de kayesbamusic.
Bien qu’il soit lui-même khassonké et joueur du Doudou Ba comme le Dansa qui sont très prisés chez les khassonkés, il sait aussi manipuler le N’Goni minsin, le N’Tama, le Ladouba et le Djémé (joués chez les Bambaras et les soninkés).
Connu pour son savoir-faire de ces instruments de danse, il draine le monde lors de ses prestations. Au sommet de son art, Falassa Diabaté tire d’énormes avantages de ses connaissances qui lui valent des diplômes de reconnaissance, et plusieurs voyages dans toutes les régions du Mali.
Le Dansa et le Doudou Ba joués dans les contrés profonds du xhasso sont purement traditionnels, mais il apporte une touche différente et les mène vers la modernité pour convaincre d’autres amateurs de ces danses. Pour y arriver, Falassa se positionne comme un véritable précurseur pour tirer cette richesse culturelle des khassonkés plus loin. D’ailleurs, il prend très vite conscience de l’enjeu que présente son métier et réalise qu’il a un important rôle à jouer pour sauvegarder son patrimoine. Sans hésiter, il met en place sa troupe qui est dirigée par son oncle Issa Sissoko. La troupe connue des autorités et disposant d’un récépissé, traverse la frontière malienne pour participer à des festivals, notamment au Sénégal. Au pays des lions de la Téranga, la troupe de Falassa Diabaté monte en grade en réussissant à conquérir les Sénégalais par l’originalité du Dansa et est sollicitée par l’équipe de campagne du Président Sénégalais Macky Sall pour animer les meetings de campagne.
Aujourd’hui, Falassa Diabaté se dit prêt à donner un coup de main à la jeune génération qui exprime son amour pour les instruments du terroir afin de sauvegarder notre culture . Comme un cri de cœur, il n’a pas hésité à lancer un appel à toutes les personnes de bonne volonté à « s’intéresser à la valorisation de nos mœurs qui font notre fierté Africaine, Malienne et Kayesienne, tout simplement ».
Depuis son fief, l’artiste instrumentaliste du Dansa compte transmettre son savoir à tous ceux qui voudront acquérir ce don de maniabilité de nos instruments du terroir.

Rédaction KayesBaMusic

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici